Page d'accueil

 La paroisse d’Halanzy rend hommage à ses Prêtres

En 1974, deux prêtres débarquent simultanément dans la cité minière de Halanzy : l'abbé Louis Brantz, nouveau curé, et l'abbé Maurice Degive, son vicaire.

1988 :  On enregistre le processus inverse les deux abbés, pour des raisons différentes, quittent Halanzy pour d'autres horizons ! L'abbé Brantz prend sa retraite à Arlon et l'abbé Degive devient curé de Vance. Ils ont été honorés dimanche par leurs paroissiens.

Les cérémonies débutèrent par la grand-messe dominicale concélébrée par les deux prêtres dans une église comble. Elles se poursuivirent dans la salle du château avec la partie académique réservée aux discours et à la remise des témoignages de la paroisse à ses deux pasteurs.

Hommage à l'abbé Brantz

En 1947, l'abbé Brants était jeune vicaire à Athus. Il s'en alla à Vesqueville et Offagne, avant de prendre la succession de l'abbé Goffinet à la tête de la paroisse à Halanzy. Pendant 18 ans, il poursuivit la tâche entreprise par ce dernier.

Comme le disait le Dr. Maillard, président de la Fabrique d'église, l'abbé Brantz n'était pas un curé patron. Il recherchait plutôt les bonnes volontés, allant d'une réunion à une autre, pour encourager, coordonner les efforts, éviter les frictions. Il jouait parfois du paratonnerre avant les orages... Il était celui qui savait visiter les malades et trouver les mots justes pour consoler les familles.

De son passage à Halanzy, chacun retiendra encore l'achèvement des travaux de restauration de l'église, en 1982. Les écoles libres étaient l'objet de ses préoccupations et continuèrent à se développer. On acheva la salle du Cercle Saint-Rémy et celle du château.

Conscient du problème du manque de vocations sacerdotales, l'abbé Brantz avait assimilé les directives du Concile Vatican Il et placé les laïcs devant de nouvelles responsabilités pastorales.

Son départ sera compensé en septembre par l'arrivée de l'abbé André Guiot, venant de Mussy-la-Ville et futur curé d’Halanzy, mais la cité minière ne pourra plus compter sur la présence d'un vicaire. 

Hommage à l'abbé Degive

Au nom des jeunes, Christian Lambert, président des œuvres paroissiales, brossa un portrait teinté d'humour et d'émotion de celui qui seconda l'abbé Brantz.

Le 20 juillet 1969, alors qu'Armstrong posait le premier pied sur le sol lunaire et qu'Eddy Merckx voyait pour la première fois la vie en jaune à Paris, le tout jeune abbé Maurice Degive célébrait sa première messe dans sa paroisse natale d'Aubange.

De 69 à 72, il fait ses premières armes à Florenne, puis il prend le chemin d'Ethe. Deux ans plus tard, en 74, avec sa chemise à carreaux et son jeans, il débarquait à Halanzy dans une paroisse marquée par la sobriété de l'abbé Goffinet.

Pourtant avec son nouveau curé Brantz, la cohabitation des deux styles allait parfaitement se dérouler, permettent à chaque paroissien de se retrouver dans ses prêtres.

Grand voyageur, l'abbé Degive en a vu du pays. La plupart du temps pour des motifs humanitaires ou pour encadrer les troupes scoutes de sa paroisse. Véritable et sympathique touche à tout, il se fera remarquer par ses talents de bricoleurs et par son diplôme de conseiller conjugal ! Orateur aussi, il n'a pas son pareil pour exprimer les sentiments de toute une population ...

Après les discours vint le temps des cadeaux. Les jeunes Jonathan Henry et Vinciane Ongena présentèrent celui de l'abbé Brantz; Mme Hutlet, directrice de l'école, Mme Maillard et M. Emile Dauphin, vice-président des œuvres paroissiales offrirent celui de l'abbé Degive.

Deux autres personnalités furent englobées dans les mêmes éloges. Mlle Marie-Louise Brantz qui accompagnera son frère dans sa retraite à Arlon Mme Léopoldine Degive qui suivra son fils dans sa nouvelle paroisse à Vance. Toutes deux ont été parfaites dans un rôle souvent ingrat, brisant la solitude des prêtres tout en étant tributaires de leurs horaires.

L'Harmonie Saint-Rémy était de la fête des adieux. Elle offrit aux pasteurs et à leurs (anciens) paroissiens un concert-apéritif qui avait un goût de « Ce n'est qu'un aurevoir ». Les Abbés Brantz et Degive quittent leur paroisse d’Halanzy

 

Les deux prêtres à l’autel pendant la consécration

L’abbé Brantz reçoit son cadeau

 

 

L'abbé Degive, Mmes Maillard et Hutlet MM. Dauphin et Lambert

Dimanche, la communauté paroissiale d’Halanzy rendait hommage aux deux prêtres qui sont venus en 1974 exercer leur ministère dans la cité minière, les abbés Louis Brantz et Maurice Degive.

Coïncidence ou non, ils quittent Halanzy la même année, après quatorze ans de pastorat ; l'abbé Brantz prenant sa retraite et l'abbé Degive nommé curé à Vance. Plus de vicaire à Halanzy ; puisqu'un seul prêtre remplacera les deux partants en septembre prochain, l'abbé Gulot, actuellement curé à Mussy-la-Ville. C'est avec beaucoup d'émotion et de ferveur que les Halanzinois ont entouré leurs prêtres ce dimanche. L'église était absolument comble pour la grand-messe dominicale concélébrée par les deux abbés. Les différents groupements paroissiaux, les scouts et patros, l'harmonie St-Rémy, les écoles libres, etc. ... étaient en force à ce rendez-vous.

A l'issue de l'office, une cérémonie académique se déroula dans la grande salle du château. Le Dr Maillard, président du Conseil de fabrique et Christian-Raoul Lambert furent les porte-paroles de l'assemblée pour présenter le témoignage de la paroisse à chacun des deux prêtres. Œuvrant dans des registres très différents, les deux pasteurs laisseront derrière le souvenir d'hommes Intègres, profondément enracinés dans leur fol, toujours ouverts aux problèmes des autres.

Des cadeaux furent offerts par les jeunes Jonathan Henry et Vinciane Ongena à l'abbé Brantz; par Mme. Hutlet, directrice de l'école, M. Emile Dauphin, vice-président des œuvres Paroissiales et Mme Maillard, qui cumule les titres de « marraine » à l’abbé Degive

Hommage encore à Marie-Louise Brantz, qui accompagne son frère dans sa retraite à Arlon et à Mme " Poldlne" Degive qui suit son fils à Vance. La St-Rémy clôtura cette manifestation en offrant le concert apéritif à une assemblée marquée par l'émotion de l'événement.

 Résumé du journal des 3 Frontières mercredi 29 juin 1988