Page d'accueil

 

 

l_flag_belgium.gif

Emile Mertz

Vice-Président de la Ligue

des Travailleurs Chrétiens de

l'Arrondissement d'Arlon

 

 

 

 

Un Vaillant Bourgmestre

Un bourgmestre populaire, s’il en est, c’est notre vaillant ami Emile Mertz, Bourgmestre d’Aubange.

En rendant hommage dans notre dernier numéro, à François Cordonnier, bourgmestre à Athus, nous avons souligné l' extraordinaire difficulté et le mérite éclatant des fonctions de bourgmestre pendant la guerre.

Les prestations d’Emile Mertz sous l’occupations en sont un nouveau témoignage.  Il semble que son activité, pendant la guerre, puisse se définir par ces trois traits dominants :

Difficultés innombrables ;

Dévouement inlassable ;

Exemple vivant de dignité et de foi patriotiques.

Aussi, la population d’Aubange, qui apprécie la valeur des actes, est-elle fière de son bourgmestre.

En mai 1940, il dirige l’évacuation de sa commune. Il aurait pu rester à Aubange, il préfère partager le sort pénible de ses concitoyens, chassés de leurs maisons.

Pendant toute l’occupation, il n’a eu qu’un souci : servir l’intérêt de la population et résister le mieux possible et aussi longtemps que possible aux requêtes de l’occupant. Sur le chapitre de l’honneur et de la dignité. Emile Mertz ne transigeait jamais. Il parlait sans fard aux Allemands et à leurs collaborateurs. Aussi, avait-il sa fiche à la Kommandantur qui le menaça à plusieurs reprises. Le sinistre Dr Zender le fit comparaître un jour parce qu’il refusait de faire enseigner l’allemand dans les écoles locales.

Il s’est opposé avec succès aux entreprises et aux intrigues de la Werbestelle ; aux réfractaires et à leurs familles, il a rendu de signalés services. Il tint pour nulles les instructions de l’occupant interdisant de leur remettre les timbres de ravitaillement.

Par sa jovialité et son optimisme, il fut, aux heures sombres de l’occupation, un exemple entraînant de patriotisme pour ses concitoyens.

Mais par-dessus tout, Emile Mertz s’est toujours signalé par son bon cœur, sa générosité et son dévouement de tous les instants.

Aussi, la population d’Aubange, et en particulier les ouvriers, pour lesquels il nourrissait une sollicitude particulière, l’entoure d’une estime largement méritée.

La ligue des T.C. de l’arrondissement d'Arlon , dont il est vice-président, est fière de lui .

 

 Histoire repris du journal, du Luxembourg social décembre 1944