Page d'accueil

Un coin du dépôt de munitions

 

 

Un coin du dépôt de munitions du Jungenbusch. A gauche, un stock d'obus de 305. Au fond, une des deux locomotives desservant le dépôt.

 

 

 

 

Fin novembre 1918. Une compagnie de soldats américains cantonnés au château de Clémarais

 

Le grand bois de Jungenbusch abritait un gigantesque dépôt de munitions dont l'importance ne fut révélée à la population qu'après le départ des Allemands. Il s'y trouvait des milliers de tonnes de munitions et d'explosifs de toutes catégories.

L'installation comportait quarante-deux baraquements et de nombreux emplacements de plein air constitués par des planchers de madriers, isolés du sol par un épais solivage et supportant des obus de gros calibre. Dans les magasins couverts, était entreposé le matériel léger.

Le tout était desservi par une voie étroite sur laquelle circulaient deux locomotives à vapeur. Chaque espèce de projectile y était représentée par des centaines ou des milliers ou même des centaines de milliers d'exemplaires, suivant son poids.

Tenter la moindre énumération serait impossible. Il y avait là de gros obus de 305 mm et 210 mm, emballés dans des caisses ou dans des gaines de jonc tressé, ou simplement posés debout sur les planchers, une infinité de mines de 77 mm pour obusiers (Minnenwerfer), des millions de grenades de différents types, des gargousses de soie pour la propulsion des obus de gros calibre et contenant une charge d'explosif affectant l'aspect de pâtes alimentaires, des dispositifs pour la production de brouillard artificiel, des fusils, des cartouches, des fusées éclairantes avec leurs pistolets lanceurs, une profusion de détonateurs constitués par de petits tubes en cuivre au fond desquels était disposée une mince pellicule de nitroglycérine et extrêmement dangereux à manipuler, etc. ...

Pour l'approvisionnement de ce dépôt, les Allemands avaient construit, à l'emplacement actuel des établissements Paridans un réseau de plusieurs voies de garage, ainsi qu'un raccordement au faisceau de Mont-Saint-Martin.

 

Histoire repris du livre souvenir d'un Aubangeois de Léon Delchavée

 

Vous pouvez retrouver ce livre et d'autre info :

Bibliothèque Hubert Juin d'Athus

Bibliothèque d'Halanzy Grand-Place maison Communale

Bibliothèque Frédéric Kiesel de Rachecourt